Vous vous souvenez de la première partie de cet article ? Dans ce blog, nous avons expliqué ce que c’est un monstre numérique : un produit numérique qui ne tiens pas compte des voeux du groupe cible. 

Vous avez également appris ce que sont des monstres shiny rainbow. Donc, vous savez maintenant qu’appliquer une technologie ou un feature “simplement” parce qu’il est branché, n’est jamais une bonne idée. 

Vous êtes prêts pour les informations suivantes ? Faites connaissance avec les monstres ivory tower : qu’est-ce qui se passe si vous ne tenez pas compte de vos utilisateurs ? 
 

Des monstres ivory tower : créer un contexte réaliste pour votre produit.

Le contexte d’un produit numérique est important. Le problème à résoudre est souvent clair. Cependant, votre produit n’existe pas dans le vide et doit s’inscrire dans un contexte réaliste. En oubliant ce fait, vous risquez de créer un monstre ivory tower.

Il y a 3 types de monstres ivory tower :

1. monstres organisateurs.

En créant le produit, vous pensez surtout à l’entreprise au lieu de l’utilisateur. Vous créez donc un monstre organisateur.

Pensez à une navigation qui reflète la structure interne de l’entreprise. Ou à une place importante pour les infos sur, de ou pour quelqu’un d’important dans le groupe ou l’organisation.

 2. monstres isolés et récupérés.

Pour qu'un produit fonctionne de manière optimale, il faut plus qu'un bon design. N'en tenez-vous pas compte lors du développement ? Ensuite, ces monstres voient le jour. 

Un monstre isolé, c’est quoi ? C’est par exemple un formulaire de contact placé très visiblement sur le site web, au moment où le département RH a déjà des problèmes à digérer les nouveaux contacts. Ou un UI contenant beaucoup d’images dans un CMS : si l’équipe de contenu ne sait pas trouver les images correctes, c’est assez difficile à utiliser.

Un monstre récupéré est par exemple un site web e-commerce présentant le même contenu que le matériel imprimé.

3. monstres résultant d’hypothèses.

Les utilisateurs ne visitent pas cette page importante parce qu’ils ne comprennent pas le titre dans la navigation ? Personne n’utilise cette application pour le tablet car l’application n’est utile qu’au moment où l’utilisateur faut travailler avec 1 main ? Ces monstres émergent quand le problème/la solution ne sont pas validés par des utilisateurs réels.
 

Comment ces monstres causent-ils des dommages ?

Créer un bon user experience sans tenir compte des utilisateurs ? Impossible !

En plus, il ne faut que simplement tenir compte des utilisateurs finals, mais aussi des autres parties associées à l'user experience : le content creator, support, sales, partenaires, etc. Si vous ignorez ces parties, ils auront sans doute une mauvaise expérience 

Il est important que chaque pièce s'assemble, et cela va au-delà du simple produit.
 

Comment remarquer de tels monstres ?

En réalisant votre projet, vous n’avez pas fait de user research ou user validation ? Vous n’avez pas rassemblé les requirements des personnes en contact direct avec les utilisateurs ? Soyez prudent !

Même si tout cela semble évident, au milieu du projet, il est facile d’oublier ce genre de choses. Des pensées comme “on le contrôlera au moment où le site sera live” ou “je sais parfaitement ce dont cette entreprise a besoin” sont attrayantes. Or finalement, tout ce que vous faites à ce moment est bâtir des châteaux de sables extrêmement chers.
 

Comment battre ces monstres ivory tower ?

C’est assez simple : établissez un plan. Prévoyez assez de temps et fixez des moments de feedback avec les utilisateurs importants. Expliquez aux stakeholders que c’est un bon investissement du temps et de l’argent.

Pas beaucoup de temps ? Fixez des moments avec moins d’utilisateurs, ou essayez de valider votre produit en utilisant des tools en ligne. Mais ne sautez jamais cette étape.

Vos stakeholders pensent que les concepts comme user research et user validation sont trop abstraits ? Alors rendez-les plus concrets. Comment ? A l’aide de visualisations. Utilisez des citations des utilisateurs, un user journey, service blueprint ou une liste ou heatmap contenant des questions d’usability. Bref : tout ce qui aidera les stakeholders à placer le concept dans un contexte réaliste.

Encore un atout : utilisez beaucoup de contenu réel ! Cela rendra votre design plus réaliste.