Vous pouvez sans doute imaginer une monstruosité d'un site web (pardon our French). Vous êtes étonné par son apparence peu attrayante. Qui, au nom du ciel, a jamais donné l'autorisation de mettre ce site en ligne ? Peut-être partagez-vous le site web avec votre réseau, pour vous amuser ensemble. Il n'y a pas de quoi avoir honte : il y a même des gens qui listent ce type de sites pour le plaisir.

Il est clair que les sites web figurant dans la liste ci-dessus sont de véritables "monstres numériques". Facile à repérer et souvent facile à améliorer. Cependant, il y a aussi des monstres plus subtils. Ces monstres sont tout aussi préjudiciables à l'expérience de l'utilisateur de votre produit numérique. Et c'est quelque chose que vous voulez éviter !
 

C’est quoi, un monstre numérique ?

Un monstre numérique est un produit numérique qui ne répond pas aux principaux besoins et souhaits du groupe cible.

En principe, il ne s'agit donc pas forcément de sites web qui "font mal aux yeux". Si le produit a été créé dans un certain but, mais ne peut pas remplir ce but, alors il s'agit d'un monstre. Il ne prend pas la forme qu'il doit prendre et cause des dégâts.
 

Comment les monstres numériques sont-ils créés ?

“Let’s create this product. It does not help us or our users, but we don’t care, let’s ship it anyway.” - No one, ever.

Lorsque vous lancez un projet numérique, vous faites tout ce qui est en votre pouvoir pour en faire un succès. Vous voulez que les utilisateurs soient satisfaits. Cela implique donc que les choses tournent mal quelque part au cours du projet, transformant le prince charmant en une bête poilue. Les mauvais concepteurs ne créent généralement pas de monstres numériques. Les mauvaises décisions le font.
 

Quels sont les types de monstres numériques existants ?

Les monstres numériques peuvent généralement être divisés en 3 catégories :

  1. Les monstres “shiny rainbow”
  2. Les monstres “ivory tower”
  3. Les monstres “perfect snapshot”

Dans cet article, nous définissons la première catégorie. Dans des articles ultérieurs, nous nous pencherons également sur les autres types de monstres - stay tuned !
 

Les monstres shiny rainbow : l’UX n’est pas une donnée universelle.

Quand ces monstres apparaissent-ils ? Lorsqu'une solution est créée pour imiter artificiellement le succès des produits existants, au lieu de résoudre les problèmes.

Il existe 3 types de monstres shiny rainbow.

  1. Des monstres de technologie

    Ces monstres forcent une certaine technologie à entrer dans un produit. Pensez à une interface de conversation, à la réalité virtuelle ou à une application mobile.
     
  2. Des monstres de features

    Une bannière vidéo, un pop-up promotionnel ou un en-tête fixe : autant d'éléments à la mode que ces monstres tentent de faire entrer dans un produit.
     
  3. Des monstres copycat

    Les monstres copycat essaient d’imiter l'UX des produits numériques populaires en copiant l’UI.
     

Comment ces monstres causent-ils des dommages ?

Il semble que ce soit une solution simple et une garantie de succès. Si ça marche pour les autres, pourquoi ça ne marcherait pas pour vous ? Malheureusement, l'UX n'est pas une donnée universelle.

Les technologies, les fonctionnalités ou l'UI à la mode ne garantissent pas forcément une bonne expérience de l'utilisateur. Si vous voulez les utiliser, il faut que ce soit un choix conscient : vous voulez les utiliser pour résoudre un problème spécifique pour un groupe d'utilisateurs spécifique.

À moins que vos paramètres ne soient exactement les mêmes que ceux des produits populaires, vous ne faites que concevoir quelque chose de luxe qui ne sera pas très utile à vos utilisateurs.

Comment remarquer de tels monstres ?

Un membre de l'équipe de projet (client, stakeholder, vendeurs - tous ceux qui sont impliqués dans le processus de création) dira généralement au début du projet : "Incorporons [nom du fancy feature] dans notre produit !"

Comment battre ces monstres shiny rainbow ?

Votre meilleure arme : la définition du problème que votre produit doit résoudre. Les interviews, l'analyse des tâches principales ou l'observation peuvent vous aider à déterminer le problème. Plus vite le problème sera éclairci et plus vite vous pourrez le faire comprendre à tout le monde, mieux ce sera. Quelqu'un suggère-t-il un feature à la mode ? Placez-le à côté du problème et voyez comment la fonction aidera à résoudre le problème.

Il est facile de vérifier si l'idée a du potentiel. Il suffit de la placer dans un contexte réaliste. Un tablet avec une fonction de glissement semblable à celle de Tinder pour les plats est-ce une bonne idée pour un restaurant ? Déterminez l’user journey, faites un jeu de rôle, validez le prototype par des entretiens avec les utilisateurs, des observations ou des réactions. Ainsi, vous pouvez rapidement déterminer si les utilisateurs en tirent profit.

Un dernier conseil : osez montrer à quelle vitesse un feature à la mode se démode à nouveau et combien il coûte pour le construire. Si vous pensez que l'élément est superflu, restez fidèle à votre point de vue. Après tout, il est de votre responsabilité de fabriquer un produit qui fait ce qu'il est censé faire. Ce n'est pas un produit qui est nécessairement à la pointe des dernières tendances.