En septembre, nous avons envoyé une enquête à plusieurs employés et freelancers. Notre objectif ? Evaluer l'impact de la crise du corona sur leurs perspectives de carrière.

7 demandeurs d'emploi sur 10 estiment qu'il y a moins de postes vacants qu'avant la crise du corona et que les entreprises reportent ou mettent en pause leurs postes ouverts. Cependant, la moitié d'entre eux n'accepteraient qu'un emploi qui les intéresse. En outre, un tiers (33 %) des personnes interrogées déclarent avoir l'impression que les entreprises ont modifié leurs conditions de rémunération depuis la crise. 

Le fait que l'emploi soit intéressant n'est pas la seule exigence qu’ont les chercheurs d'emploi aujourd'hui. Depuis la crise du corona, la moitié des personnes interrogées attachent plus d'importance à un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Pour parvenir à cet équilibre, 8 personnes sur 10 seraient même prêtes à accepter un emploi offrant un salaire moins élevé. Environ un cinquième des répondants le feraient quelle que soit l'importance de la différence de salaire. 3 personnes sur 5 ne prendraient pas l’emploi que si la différence de salaire reste limitée.

Un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée est plus important pour les demandeurs d'emploi que la possibilité de travailler (régulièrement) à domicile, même si un tiers y attache plus d'importance aujourd’hui. Ce groupe est quand même moins disposé à accepter un emploi moins bien rémunéré pour travailler à domicile. Quelle que soit l'importance de la différence, 1 personne sur 10 serait prête à accepter un emploi avec un salaire moins élevé si cet emploi permet de travailler à domicile. Si la différence de salaire reste limitée, 4 chercheurs d'emploi sur 10 sont prêts à accepter un tel emploi.

A man working on his computer.

Les demandeurs d'emploi craignent des recherches d'emploi (encore) plus difficiles.

4 demandeurs d'emploi sur 5 (84 %) estiment que leur recherche d’emploi futur sera difficile. Ils craignent qu'une nouvelle vague de COVID-19 n'ait un impact négatif sur leur recherche d'emploi. Plus de la moitié (55 %) se sent également mal préparée à une nouvelle vague de la crise du corona. 

Est-ce qu’ils changeront leurs plans de futur ? 3 sur 10 le font : 19 % d'entre eux cherchent un autre type d'emploi. Les raisons les plus importantes sont : une plus grande sécurité d'emploi (37 %), un emploi qui donne plus de satisfaction (36 %) et davantage de liberté (30 %). 

En outre, 12 % des répondants ayant changé leurs plans de futur souhaitent retourner à l’école afin de se spécialiser dans une nouvelle discipline en raison de changements d'intérêts (44 %), de se spécialiser dans une nouvelle discipline qui peut offrir une plus grande sécurité d'emploi (35 %) ou de se spécialiser davantage dans leur discipline actuelle (21 %).

Conclusion ?

En conclusion, les demandeurs d'emploi interrogés estiment qu'il y a moins d'offres d'emploi en raison de la crise du corona. Néanmoins, ils sont déterminés à trouver un emploi qui les intéresse vraiment et qui leur garantisse un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Même s'ils doivent changer complètement de carrière pour y parvenir.