En septembre, nous avons envoyé une enquête à plusieurs employés et freelancers. Notre objectif ? Évaluer l'impact de la crise du corona sur leurs perspectives de carrière. 

La moitié des travailleurs déclarent que depuis la crise du corona, ils attachent plus d'importance à un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Le travail à domicile est clairement considéré comme important : plus de 2 employés sur 5 changeraient d'emploi pour pouvoir travailler davantage à domicile et près de 1 sur 4 serait prêt à réviser son salaire à cette fin.

Depuis le mois de mars, nous travaillons tous davantage à la maison - en tout cas, si la nature de notre emploi le permet. Un peu plus de la moitié (53 %) des personnes interrogées indiquent que leur travail peut être effectué à partir de leur domicile. Seuls 16 % des employés qui peuvent travailler à domicile ne le font jamais. Parmi les travailleurs dont le travail peut être effectué à domicile, 4 sur 5 passent actuellement au moins un jour par semaine dans leur home office. 

Le travail à domicile n'est pas seulement devenu la nouvelle norme pour de nombreux employés. La grande majorité des freelancers (93 %) indiquent également qu'ils travaillent à domicile au moins une fois par semaine. La moitié d'entre eux le font même 5 jours par semaine. Et tout comme les employés, plus de la moitié des indépendants interrogés attachent aujourd’hui plus d'importance à un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée qu’avant la crise.

Peur de perdre son emploi ? Les employés sont prêts à faire des concessions.

1 employé sur 5 se dit inquiet de perdre son emploi. Ce groupe est plus disposé à faire des concessions pour aider l’entreprise à surmonter la crise. Soit le chômage temporaire (44 %), la prise de vacances quand l'employeur le veut (30 %) et même renoncer à ses avantages extra-légaux (11 %). 

Ce qui est remarquable : parmi les personnes interrogées qui n'ont pas peur de perdre leur emploi, 25 % ont tout de même indiqué qu'elles seraient prêtes à être mises au chômage temporaire. 19 % de ce groupe serait prêt à prendre des vacances quand leur employeur le souhaite. Seules 5 % des personnes interrogées accepteraient de renoncer à leurs avantages extra-légaux.

A black woman writing in a notebook.

La plupart des employés ne changent pas leurs plans futurs à cause de la COVID-19.

Environ 1 employé sur 10 indique que ses plans futurs ont été modifiés à cause de la crise du corona. La plupart d'entre eux veulent chercher un autre type d'emploi. La principale motivation de la recherche d'un nouvel emploi après la crise est le manque de satisfaction dans l’emploi actuel. La recherche d'un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée est également mentionnée régulièrement. Seules 3 % des personnes interrogées indiquent qu'elles souhaitent reprendre leurs études.

La crise du corona a donc poussé les employés et les freelancers interrogés à réévaluer leur carrière, mais leurs plans futurs restent plutôt inchangés. Nous devons attendre de surmonter la deuxième vague de cette crise afin d’obtenir des résultats plus précis.