Engineering

Sept outils indispensables pour le «lean management»

Des outils qui améliorent les processus

Le Value stream mapping, ou la cartographie des chaînes de valeur, permet de répertorier les processus de production et, ainsi, de faire émerger les gaspillages. Pour les administrations qui souhaitent s'y mettre, le « makigami » est un instrument intéressant. Cet outil dévoile notamment à quelle fréquence les dossiers sont transmis et à qui. Cette analyse est nécessaire, car les dossiers circulent souvent dans plusieurs services et personne n'a une vue d'ensemble du flux complet.

Dans un contexte de production, le diagramme SIPOC s'avère lui aussi utile pour créer des instructions de travail normalisées. Le sigle SIPOC signifie « supplier », « input », « process », « output » et « customer ». Ce diagramme nous encourage à réfléchir au flux de processus.

Pour finir, il existe de nombreuses techniques pour améliorer la configuration de l'usine, du one-piece-flow (réduire la dimension des lots et raccourcir les délais de traitement) et du heijunka (trouver un mix produits qui satisfait la demande en permanence) à l'équilibrage de la ligne (takt time, c'est-à-dire déterminer la cadence de production en fonction de la demande et répartir les tâches entre les opérateurs afin que leur temps de cycle corresponde parfaitement au takt time).

Le lean management, une aide pour les opérateurs

Le lean management aide les opérateurs de différentes manières et accroît ainsi leur implication et leur motivation. Citons par exemple le « poka yoke » ou « anti-erreur », utilisé notamment dans les entreprises de travail adapté, qui veille à ce que les travailleurs ne puissent travailler autrement que de la bonne manière, mais également les pictogrammes, les lignes sur le sol et les étiquettes sur les postes de travail qui indiquent visuellement comment le travail doit être réalisé.

La méthode 5S est un outil très employé pour organiser le lieu de travail de manière efficace:

  • supprimer l'inutile (que garde-t-on ou pas sur le poste de travail ?)
  • situer les choses (attribuer une place fixe à ce que l'on veut conserver et faire en sorte de le retrouver facilement)
  • faire scintiller (en nettoyant les machines, on voit apparaître les fuites ou les usures)
  • standardiser (mettre sur papier les étapes et organiser des formations à ce sujet)
  • suivre (proposer une aide et un coaching, mais également suivre les progrès)

À l'aide de ces outils et de l'indispensable implication active de la direction et des opérateurs, le lean management finit par s'intégrer dans la culture de l'entreprise : les opérateurs y pensent spontanément et essaient d'optimiser chaque aspect de leur travail.

Lire plus

Technical drawing
Encore plus de girlpower en Engineering: designer Dominique
#engineering #girlpower #drafting
HR manager
Girl power dans l’Engineering : Amélie expérience-t-elle l’écart hommes-femmes ?
#womeninengineering
Industry 4.0 : comment devenir une Factory of the Future ?
#Engineering #Clients